Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré.

Il s’est passé, il s’est passé… beaucoup de choses. Evidemment sur la place publique se pavanent des journalistes-écrivains qui racontent, qui racontent… des diplomates qui parlent, qui parlent… C’est normal, personne ne peut leur reprocher de gagner leur pain. Ce qui s’est réellement passé, nous ne le saurons jamais car ceux qui ont vécu la vie de rats sous les bombardements de l’armée française sous couvert de l’ONU, ne feront jamais de leur souffrance un objet de dissertation littéraire pour déboucher sur le faux combat des écritures. Les écrits génèrent et justifient la souffrance des peuples, mais ne sauraient les exprimer car on n’exprime pas en se substituant.

Par exemple, le brave Stéphane Hessel, écrivain et diplomate, invite à s’indigner contre le scandale des « sans papiers« . Il ignore certainement que c’est l’existence du papier qui a créé les « sans papiers« . L’inconscience d’une telle évidence le rend inapte à nous éclairer sur les complexités de ce monde. L’humanité n’a jamais été autant niée (massivement) que sous l’empire de la « Déclaration Universelle des Droits de l’Homme » dont Stéphane Hessel est un des rédacteurs. Nous préférons parler de l’admirable Stéphane Hessel plutôt que d’évoquer de piètres imitateurs locaux. La dictature du Dieu-Papier dont les écrivains sont les adorateurs, ne serait-elle pas la cause des souffrances humaines? morytraore

Share This:

Share This:

  • Cheik Maguiraga

    Magnifique