Papier, écriture et langue

Posted by & filed under L'espace du Dr Pierre André Aka, Mory Traoré, Recherches, Sortie avec ....

morytraore.com

Cette photo d’humour, se moque et se rit de la difficulté des petits Africains confrontés à cette matière des écoles françaises, appelée: Dictée. Jamais aucun des intervenants n’a traité la généreuse Langue Française de (vos propres mots) « (…) langue de… » Il serait intéressant que vous terminiez vos phrases pour aller au bout de vos intentions. Ne seriez-vous pas entrain de faire une monstrueuse confusion entre: Langue et Ecriture? La langue (vivante) est orale, l’écriture est graphique, visuelle. Le bambara auquel vous faites allusion n’est pas une langue écrite. Vous pourrez vous livrer à toutes sortes de plaisanterie sur cette langue même en dire du mal, cela n’engagera que vous, pas moi car je ne m’identifie à aucune langue même si le bambara est parlé par mes ancêtres, tout comme le français d’ailleurs.

La liberté d’expression n’existe pas en France

Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré, RCCD.

Pour notre part, nous sommes convaincus qu’au fond, les technologies de surveillance travaillent dans l’intérêt de la machine elle-même, mais non pour l’intérêt de tel ou tel pays en particulier. Encore moins pour l’intérêt d’un groupe ou d’un individu. Aucun pouvoir financier, administratif ou politique n’est capable d’arrêter la progression de la machine numérique et Internet.

Hommage et Respect

Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré, Observatoire du japon et de l'Afrique.

Côte d’Ivoire, Abidjan. En cette journée du 11 Mars, commémorative du violent tsunami survenu au Japon, nous nous inclinons humblement devant le peuple Japonais, sans oublier aussi d’exprimer notre hommage et notre respect à toutes les Japonaises et Japonais restés avec nous ici en Côte d’Ivoire, et qui ont doublement soufferts et du tsunami au… Read more »

La Côte d’Ivoire, quel avenir ?

Posted by & filed under Mes écrits, Mory Traoré, RCCD.

morytraore.com

« Juger les coupables, réussir la réconciliation et aboutir à un gouvernement d’union » serait un résultat applaudi par la « communauté internationale ». Mais curieusement, ce serait aussi la pire des insultes au peuple. Car, qu’aurait-il alors gagné, ce peuple, en contrepartie du sacrifice de sa vie ? Spolié de son pouvoir de citoyen, réduit à jouer le rôle de bétail électoral et de spectateur du partage de « gâteaux » entre le parti au pouvoir et le parti d’opposition.