Dorris Haron Kasco « Charcot : une vie avec l’image »

Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré, Photographie.

morytraore.com

Aujourd’hui après les crises ivoiriennes et le recul de deux décennies, « Les Fous d’Abidjan » publié en 1994, se bonifie avec le temps. L’on s’aperçoit que Dorris n’était pas un voyeur, mais un visionnaire. Que la folie n’est pas l’exclusivité d’une catégorie minoritaire de gens qu’on peut enfermer ou laisser en liberté. Dorris a simplement utilisé l’objectif de sa camera pour servir d’amplificateur à des interrogations plus profondes qui concernent non pas une catégorie limitée, mais l’humanité entière.