Posted by & filed under L'espace du Dr Pierre André Aka, Sortie avec ....

  • Boubacar Touré Mandémory Merci cher Mory Traore pour cette remarque ci pertinente ; on peut aller jusqu’à nous poser la question à savoir à qui profite cette idée de Francophonie ?
  • Dramane Deme Encore un exemple qui nous montre que nous devons reprendre en main la gestion et le financement de la culture dans nos pays. C’est ridicule de dire que la photographie need fait pas partie des activités d’une organisation qui se targue d’être pour la coopération et l’échange culturelles. Mory Traore, franchement ce nouveau nom du ministère de la culture en Côte d’Ivoire ne peut s’ expliquer que par le fait que le gouvernement veut faire prendre en charge le budget de la culture par l’Agence pour la Francophonie. Quelle honte!
  • Mory Traore En tout cas, de mon expérience personnelle, depuis l’ACCT (Agence de coopération culturelle et technique) jusqu’à la Francophonie, j’ai pris beaucoup de notes dont on pourrait tirer des romans. Bref, le bilan est amer. Disons, en résumé, que la « Francophonie » est un étouffoir de vies. Que dire d’un comportement machiavélique qui consiste à financer un film chantant la valeur de la photographie et la valeur de Boubacar Touré Mandémory, alors que sur le terrain, le même organisme prive « d’oxygène » le photographe Boubacar Touré Mandémory, sous le prétexte que « la photo n’est pas prise en compte dans nos activités”. En Afrique on dit : « Enterrer vivant ». Car cela ressemble à un enterrement en bonne et due forme de valeurs pourtant bel et bien reconnues. L’exclusion est toujours justifiée par des textes que les « Responsables » eux-mêmes, tels des tricheurs, n’hésitent pas à violer au gré de leurs petits intérêts. Chère Francophonie, « changez vos habitudes » dit Boubacar Touré Mandémory, pendant qu’il est encore temps.
  • Dramane Deme Entièrement d’accord avec toi, mon cher Mory Traore. C’est à se demander si ces bonnes gens savent vraiment ce qu’est la photographie.
  • Mory Traore Ce sont des « fonctionnaires » enfermés entre leurs quatre murs, occupés à traficoter ou à tripatouiller des textes. Mon cher Dramane Deme.
  • Dramane Deme Cela se voit à l’irrationalité de certaines de leurs déclarations comme celle qu’ils ont jetée sans honte ni peur à la figure de notre frère Boubacar Touré Mandémory. Plus j’y pense plus la colère monte en moi. C’est inadmissible de promouvoir des conteurs et des troupes de théatre au détriment des artistes photographes comme si cet art qui a donné naissance au cinéma était inférieur aux autres canaux d’expressions culturelles et de témoignages de la mémoire des peuples. Par ailleurs, j’ai un sérieux problème avec le fait qu’un tel pouvoir soit donné à une bande de bureaucrates de décider quel art mérite un soutien de promotion, et quel art ne mérite pas ce soutien. Nous ne devons pas nous taire et les laisser faire. Au contraire, tous ensemble, nous devons décrier et protester contre leur vision étriquée de l’art et de la culture jusqu’à ce qu’ils changent de politique. Pour mes collègues cinéastes qui ne se sentent pas concernés, j’ai ce message. Après la photographie, ce sera le tour du cinéma. Ce n’est qu’une question de temps.

Share This:

Share This: