Le piège des Constitutions écrites

Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré, Observatoire du japon et de l'Afrique, RCCD, Recherches.

aujourd'hui ou jamais

La Constitution écrite est un carcan qui emprisonne les pays africains dans une dépendance sans fin. Ce système occidental est la cause de la souffrance des peuples africains. L’Afrique doit absolument sortir des Constitutions écrites et de la Démocratie des maîtres, pour reformuler sa propre Constitution orale numérisée, afin d’être le pilote de sa propre… Read more »

La plus grande religion du monde (Paix au Moyen-Orient)

Posted by & filed under Mes écrits, Mory Traoré.

Si toutes les religions enseignent la paix

A cause du papier, bon sang ! Dans une photo publiée dans Facebook, Swagg Man se demande : Si toutes les religions enseignent la paix… pourquoi elles ne peuvent pas cohabiter en paix ? Il convient de rappeler qu’au commencement était la parole. La parole (orale) était la première écriture. Les ondes orales ont la caractéristique de toujours… Read more »

Le code du travail détruit l’emploi en France

Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré.

Le code du travail détruit l'emploi en France

La Suisse a un code du travail très simple, bilan : c’est le plein emploi. La France au contraire s’est dotée d’un code du travail (1,450 kg à sec) qui détruit l’emploi par sa lourdeur et sa complexité. Copier ce modèle, par manque d’imagination, comme le font les pays Africains, c’est simplement patauger dans du… Read more »

OUSMANE WILLIAM MBAYE (Interview)

Posted by & filed under Cinéma, La tribune, Mory Traoré.

morytraore.com

Belle contribution à la construction de notre Afrique, toujours à faire et à refaire.  Merci à Ousmane William Mbaye qui est l’un des cinéastes les plus sympathiques d’Afrique. Son sourire apaisant est une oxygène stimulante pour le long chemin qui reste à parcourir. Share This:

Le journaliste et le comédien

Posted by & filed under La pensée du jour, Mory Traoré.

morytraore.com

Il y a quelques décennies, dans un maquis populaire de Treichville (un maquis est, en Côte d’Ivoire, un lieu public de restauration, informel, généralement sans pancarte, à l’intérieur d’une cour d’habitation privée), je discutais avec un ami, brillant journaliste, qui occupe aujourd’hui un poste élevé dans la communication. Notre sortie était à l’occasion du passage à Abidjan d’un autre ami Européen, de la presse. Le sujet de conversation que j’avais effleuré était le parallèle que je faisais entre le journaliste et le comédien (acteur).