Posted by & filed under Mes écrits, Mory Traoré.

A cause du papier, bon sang !

Dans une photo publiée dans Facebook, Swagg Man se demande : Si toutes les religions enseignent la paix… pourquoi elles ne peuvent pas cohabiter en paix ?

Il convient de rappeler qu’au commencement était la parole. La parole (orale) était la première écriture. Les ondes orales ont la caractéristique de toujours intégrer et de favoriser la coexistence pacifique. Dans la Grèce antique toutes les divinités vivaient dans le même environnement. L’existence d’une divinité n’excluait pas l’existence des autres divinités. C’était la norme partout dans les sociétés humaines. En Afrique, les croyances vivent ensemble sans qu’aucune revendique un territoire exclusif. Le Moyen-Orient n’échappait pas à cette norme, jusqu’à une certaine époque relativement récente.

Du papier, souvenir personnel, j’ai travaillé dans une usine de papier ; tous les jours, coulait du sang. Le papier, tranchant comme une lame de rasoir, favorise la division et l’exclusion de l’autre.

Quand le papier, au faîte de sa puissance, s’est substitué à la parole en excluant les vibrations orales, des comportements bizarres ont commencé à émerger. Les juifs furent les premiers à transférer la croyance (orale) sur le papier pour en faire, non pas un livre parmi d’autres, mais Le Livre : La Torah.

 


Nous voici face à la religion révélée du « Dieu-Unique » qui relègue au rebut toutes les autres croyances. Les chrétiens ont suivi, dans le transfert, avec la Bible, les musulmans aussi, avec le Coran. Trois religions révélées. Les effets du papier, division et exclusion, entraînent aujourd’hui le monde dans une guerre sans fin.

Comment s’en sortir ? D’abord, du calme et de la réflexion. Cette guerre engagée entre les trois religions révélées, la Torah, la Bible et le Coran, concerne-t-elle le monde entier ?

 

Les chiffres que nous utilisons proviennent essentiellement du Centre de recherche Américain Pew.

 

  • Nombre de Chrétiens dans le monde : 2, 376 000 OOO (deux milliards trois cents soixante seize millions)
  • Nombre de Musulmans dans le monde : 1, 619 314 000 (un milliard six cents dix neuf millions trois cents quatorze mille)
  • Nombre de Juifs dans le monde : 14-15 millions, écrivons : 15 000 000 (quinze millions)
  • Nombre total des adeptes des trois religions révélées : 4,010 314 000 (quatre milliards dix millions trois cents quatorze mille)

 

La population mondiale étant de 7, 243 784 000 d’individus, faisons la soustraction du nombre total des Chrétiens, Musulmans et Juif réunis, soit : 4,010 314 000, il reste : 3, 233 420 000 de personnes.
Ce dernier chiffre (3, 233 420 000) correspond majoritairement, aux sans-croyances, aux athées, animistes et autres…

Il serait léger de notre part, de ne pas considérer les athées, les animistes, les sans-croyances et autres, comme étant aussi, des croyances religieuses. Dans une étude qui se veut sérieuse, il serait injuste, arbitraire et discriminatoire de ne pas soumettre tous les éléments aux mêmes critères d’appréciation. Si nous admettons cette approche, voici, ci-dessous, la classification qui en découle. Classement par ordre d’importance numérique :

 

Les principales croyances religieuses dans le monde

Principales croyances religieuses Nombre de fidèles
Sans-croyances    3 233 470 000
Christianisme    2 376 000 000
Islam    1 619 314 000
Judaïsme         15 000 000
Total (correspondant à la Population mondiale)    7 243 784 000

Tandis que le Christianisme et l’Islam se « battent » pour être la première religion du monde, le Judaïsme, quoi que numériquement faible (15 000 000 de fidèles), manipule pour imposer son importance. La Révélation suffit pour être au dessus des lois terrestres. Du point de vue de notre petite logique d’humains, nous sommes surpris de constater, à travers la classification ci-dessus, que le groupe des « Sans-croyances » est la première religion du monde. Tiens, tiens, si vous le voulez bien, faisons encore ensemble, un autre petit pas : la religiosité n’est-elle pas une des caractéristiques des plus déterminantes de l’humanité ? Nous pouvons dire que l’homme est par essence religieux. Qu’est-ce qui empêcherait de considérer d’office, la population mondiale des êtres humains comme étant un groupe religieux au même titre que le Christianisme, l’Islam et le Judaïsme ?

Dans ce cas, nous voici obligés de corriger à nouveau, la grille de classification des groupes religieux. L’humanité (la population mondiale) prendrait automatiquement, la première place du classement, pour rabattre le caquet à tous les prétendants. Cela ne ferait pas de jaloux, car l’humanité est un conteneur suffisamment grand, pour intégrer toutes les croyances du monde.

 

Grille de classification des religions du monde

Principales croyances religieuses Nombre de fidèles
Humanité    7 243 784 000
Sans-croyances    3 233 470 000
Christianisme    2 376 000 000
Islam    1 619 314 000
Judaïsme         15 000 000

Le Moyen-Orient est devenu le foyer incandescent d’un conflit qui ne concerne pas directement le monde entier. Seuls sont impliqués les trois religions révélées dont la population de fidèles est estimée à environ 4 milliards. Ce chiffre n’est même pas fiable. Il est à voir au rabais à cause du comportement terroriste des religions révélées, parfois religions d’Etat, qui oblige les citoyens à faire de fausses déclarations, pour des raisons de sécurité et de protection de leur vie. Continuons notre travail d’isolation, oui c’est de cela qu’il s’agit, car il est d’une importance extrême d’isoler le problème pour mieux le cerner. Afin de trouver le remède adéquat.

La particularité du problème au Moyen-Orient, est la revendication, par une tribu (croyance), de l’appartenance exclusive d’un territoire. La confusion entre l’Etat (territoire) et la croyance donne l’impression qu’il s’agit d’un conflit religieux, mais en réalité, il n’en est rien. Le Moyen-Orient est en butte à un problème de fermeture dans les Ecritures. L’Ecriture, dans son sens moderne, implique le papier qui a produit les livres que sont : la Torah, la Bible et le Coran. L’attachement au livre est une affaire qui concerne une minorité d’intellectuels mais non le peuple de croyants initiés à la religion à travers la Parole (orale) transmise de génération en génération. Dans chacune des religions révélées, existent deux types de comportements diamétralement opposés : le comportement rigide et mécanique des leaders enfermés dans Le Livre et le comportement souple et tolérant, du peuple fidèle à la Parole. Les prophètes de ces différentes religions révélées appartiennent eux-mêmes à l’environnement de la Parole, mais non du livre.

L’Humanité s’avère être la plus grande religion du monde. Autant la Parole est proche de la vérité, autant le papier l’est de la fausseté. Tant que nous ne sortirons pas du système du papier, nous subirons toujours la fausseté des leaders, et ne connaîtrons jamais la paix. Ne nous en prenons pas aux leaders, ils sont de bonne foi et ignorent qu’ils sont manipulés par les démons de l’Ecriture : le Papier.

 

Mory Traore

Abidjan Côte d’Ivoire

 

Tu es le grand soleil qui me monte à la tête

Quand je suis sûr de moi.

Paul Eluard – Le Phénix

Share This:

Share This:

  • Claude DERHAN

    Le sujet mériterait des développements immenses, je vais donc m’en tenir à quelques remarques.
    Fondamentalement je salue l’idée essentielle qui parcourt cet exposé, à savoir que la première des religions est la croyance en l’homme. Mais sitôt dite, cette affirmation demande une mise au point. Je veux juste faire observer que ce nom d’ « homme » est précisément celui par lequel se désignent un très grand nombre de groupes humains. Je n’en veux pour preuve que deux exemples mais on pourrait les multiplier : Bantou écrit en français est la contraction de l’oral BA N’TOU, c’est-à-dire littéralement LES HOMMES ; et le mot « Français » désigne les habitants de la France, entendons bien, non pas l’Etat ainsi nommé aujourd’hui mais ce petit territoire autour de Paris (on dit de nos jours Ile-de-France) où jadis s’installèrent les FRANCS, c’est-à-dire, littéralement encore, les HOMMES LIBRES (ou hardis, d’où d’ailleurs le sens-pivot de toute cette famille de mots : franchise, affranchir etc.). Maintenant il ne faut pas se voiler la face : affirmer que, soi-même on est un homme, c’est ipso facto dénier cette qualité aux autres, (sinon pourquoi le préciser alors que ça semble aller de soi). Je pense quant à moi que cet état de fait date du passage à l’agriculture, mais ce serait trop long ici d’expliciter cette idée. L’élément intéressant en lien avec cet article est que le glissement de « NOUS » à « NOUS LES HOMMES » puis à « NOUS HOMME LIBRES » ou sa variante « NOUS HOMMES NOBLES » débouche inévitablement sur « NOUS PEUPLE ELU », une notion que l’on retrouve, en filigrane, jusque dans la première sourate du Coran.
    Dans mon regard d’agnostique il y a là un paradoxe étonnant : j’y vois un signe d’orgueil, et l’orgueil est, nous le savons, le premier des péchés, l’impardonnable, le fait de s’égaler à Dieu ; et en même temps je n’oublie pas que le mot « HOMME » est de la famille de « HUMUS » (la Mère de l’Homme c’est la Terre) et que ce mot « HUMUS » a donné aussi le mot HUMILITE.
    Méditons…