Posted by & filed under Actualités, Mory Traoré.

De nombreux citoyens du monde épris de justice, crient : MERCI ET BRAVO ! aux BURKINABE !. Ce cri de joie qui n’émane pas seulement des Africains est encourageant MAIS ATTENTION ! Rien n’est encore gagné. Il faut battre le fer quand il est chaud et il ne faut surtout pas se tromper. Une certitude : il n’y aura pas de véritable victoire sans une vision claire de ce que doit vouloir le peuple. L’enjeu ici n’est pas Monsieur Blaise Compaoré, il se cherche lui-même et tant pis pour lui à cause des erreurs graves qu’il a commises. Mais le fait le plus grave au Burkina Faso, est que des députés sensés être des représentants du peuple, malgré l’opposition massive de la population, aient eu l’insolence de se rendre à l’Assemblée Nationale pour porter leur caution à la révision constitutionnelle.

Nous voilà

« Nous voilà » (Photo Aissa Zonou)

Après avoir saccagé et brulé cette Assemblée Nationale indigne du peuple, la logique serait qu’il n’y ait plus jamais au Burkina Faso d’Assemblée Nationale des représentants du peuple. Pour que désormais les lois soient votées par les Burkinabè eux-mêmes sans délégation de pouvoir. Le Burkina Faso deviendra un modèle pour le monde entier, car il aura ouvert la voie vers la démocratie directe qui est la forme de démocratie convenable au XXIème siècle. Le foisonnement du numérique et des technologies du direct dans le monde d’aujourd’hui, rend possible l’exercice du pouvoir direct du citoyen. Ce sera là une véritable victoire pour le peuple et les citoyens.

Le chef-major des armées, le Gal Honoré Traoré

Le Général Honoré Traoré

Ce jeudi 30 octobre 2014 restera une journée mémorable dans l’histoire du Burkina Faso. Pour l’heure, l’armée a pris le contrôle de la situation. Comme quoi, en Afrique, la Constitution écrite mène presque toujours soit au coup d’état constitutionnel, soit au coup d’état militaire. Il faut en tirer des leçons pour la reformulation de la prochaine Constitution.

Mory Traoré

Share This:

Share This: