Posted by & filed under Cinéma, Mes écrits, Mory Traoré, Observatoire du japon et de l'Afrique, RCCD, Théâtre.

Avec cet énorme patrimoine de créativité vivante, comment peut-on se permettre de considérer l’Afrique comme incapable de trouver des solutions aux problèmes de sa propre organisation ?

Merde à tous les responsables tarés de l’Occident (la tare est un élément matériel d’évaluation déductible de la valeur de l’objet dont on veut connaître la valeur réelle). Vous avez corrompu notre environnement avec vos papiers (argent) incapables d’intégrer l’Afrique à votre développement (industriel). Vous avez certes, des valets bien formés et zélés pour vous servir, mais une autre Afrique vous dit : Merci du développement elle n’en veut plus. Il est trop tard. L’Afrique n’a plus rien à attendre de vous. Le XXIème siècle ne vous appartient pas. Arrêtez de nous enquiquiner avec votre démocratie éculée et vos constitutions écrites. Laissez-nous conduire notre destinée si vous n’êtes pas d’exécrables terroristes.

« LE SON DU DJEMBE EST DE LA MAGIE. »

Tourné dans la région culturelle du Wassoulou, notre quatrième court métrage présente le Sigi, le masque du buffle sauvage du village de Nioguebougoula, dans le cercle de Yanfolila.

Ces envoutantes chansons, histoires et cérémonies interprétées par des artistes et accompagnées par des instruments traditionnels, sont des leçons et conseils qui exacerbent les qualités importantes de la vie. Elles expliquent les origines et règles de la coopération interethnique, interfamiliale et enseignent le comportement approprié dans les conflits et les stratégies de réconciliation. (Cette traduction française est de nous)

 

Share This:

http://www.youtube.com/watch?v=3mBJvtcXCXA

Share This: