Posted by & filed under CARAS, La pensée du jour, Mory Traoré, Observatoire du japon et de l'Afrique, Photographie, RCCD.

Voici un projet qui a atteint dans sa réalisation, le 15ème Acte, dans l’indifférence presque totale des autorités locales. C’est à pester de rage en Afrique de voir des artistes s’échiner sans subvention aucune, à produire des œuvres et des actions d’utilité publique, tandis que se pavanent dans de grosses cylindrées rutilantes des « irresponsables » protégés par la loi sous le statut : « Autorité ». Quand vous portez ce titre, vous avez le droit de tout faire et de ne répondre de rien.

Le projet tel que le présentent ses initiateurs, généreux et noble :

REGARDS SUR LA VILLE est conçu comme un projet collectif d’auteurs photographes ; il s’agit de confronter la diversité des points de vue à un sujet identique : La Ville. Celle de Rufisque
L’objectif de cette mission « Regards sur la Ville 2014 » reste, comme à son origine, de réunir différentes propositions visuelles sur notre espace urbain, les hommes qui l’ habitent mais aussi leurs différents styles de vie . Voilà ce qui fonde notre démarche.

Cela aurait été la moindre des choses que les autorités du Sénégal soutiennent ce projet qui implique tant de photographes et d’artistes, qui crée tant d’animations valorisantes aussi bien pour la ville, les activités qui s’y déroulent quotidiennement que pour les hommes de différentes cultures qui y vivent. Bien plus, « RUFISQUE : REGARDS SUR LA VILLE » mériterait l’adhésion de tous les pays d’Afrique car c’est le genre de projet qui peut-être programmé en tournée dans toutes les villes africaines pour inciter à titre d’exemple les Africains à rêver et imaginer leur environnement et leur avenir.

Le « ganstérisme » des autorités locales

Non seulement le rêve n’est pas permis en Afrique mais les « autorités locales » parfois se permettent le pire : nous avons été ici en Côte d’Ivoire, victimes du « gangstérisme » (il n’y a pas d’autres mots) des autorités municipales. Notre centre culturel, le CARAS, spécialisé dans la pédagogie de la lecture, depuis plus de 25 ans, initie et forme des jeunes pour leur communiquer le goût de la lecture. Le gout de la lecture et de tout ce qui s’y rattache : théâtre, graphisme, photographie, cinéma, communication. Les agents de la municipalité ont détruit, saccagé sauvagement et pillé ce centre d’utilité publique représentant un investissement personnel de plusieurs millions de francs CFA.
Avant cela, la première « agression » du CARAS avait été exécutée par la Gendarmerie Nationale. Plus précisément par la Brigade de Recherche sans mandat de perquisition, agissant sous commandement hors organigramme. La composition de l’équipe opérationnelle donnait à penser à ces fameux escadrons de la mort sur lesquels les journaux ont abondamment écrit en leur temps. Là aussi le CARAS avait tout perdu car la gendarmerie après avoir fracturé les portes, a tout emporté : équipement de bureau, ordinateurs, caméras, projecteurs, labo-photo, téléviseurs, moniteurs etc.… Une plainte contre X, c’est ainsi selon mon avocat, que cette plainte devrait-être formulée, n’a donné aucun résultat. Dans l’impunité la plus totale. Personnellement, ce n’est plus la punition des « criminels » qui m’intéresse mais plutôt comment sortir du système qui favorise ce type de « criminalité ». La démocratie représentative qui oblige les peuples et les citoyens à démissionner de leurs responsabilités au profit des représentants professionnels de la politique. Une minorité d’individus improductifs et nocifs à l’environnement. Dans ce XXIème siècle inondé de technologies numériques de communication directe, nous n’avons plus besoin ni de députés ni de maires.

Fermons cette triste parenthèse ivoirienne pour retrouver des réalités plus gaies et plus stimulantes : Les œuvres des photographes de « RUFISQUE : REGARDS SUR LA VILLE » et celles de Boubakar Touré Mandémory sur Facebook.

 

Projets d'utilité publique

 

Rufisque tôt le matin

Olivier Sagna Les photos de notre grand frère Boubacar Touré Mandémory sont toujours aussi magnifiques ! A quand la publication d’un album nous permettant de faire le tour du Sénégal en images ?

7 h · Je n’aime plus · 3

Boubacar Touré Mandémory Merci cher petit frère Olivier Sagna pour cette participation qui pourrait interpeller les autorités de ce pays ; cher olivier la photographie étant méprisée par les autorités , nous sommes obligés de faire recours à d’autres fonds d’autres organismes d’autres pays pour financer nos projets personnels mais d’utilité publique

7 h · Je n’aime plus · 3

Olivier Sagna Grand peut être faudrait il presenter ce genre de projet à des fondations style Effiage, Sonatel, Dapper et autres si ce n’est déjà fait

7 h · J’aime · 5

Mory Traore Merci Olivier Sagna pour les suggestions que vous faites. Il faut toujours continuer de chercher jusqu’à ce qu’on trouve.
Mais, entre nous, la situation me semble plus grave que tout ce qu’on peut imaginer et dire. Les autorités locales dont parle Boubacar Touré Mandémory, toujours fières de leur incapacité, ne méprisent pas que la photographie, c’est nous-mêmes qu’elles méprisent. Il est de notre devoir de les chasser ! ! !

Le peuple du Burkina Faso avait enclenché une action salutaire dans ce sens, et c’est la « communauté internationale » dont sont membres les fondations bien installées dans la finance et le capital international, cette « communauté internationale » à la solde des Etats-Unis d’Amérique premier exportateur au monde du système de l’apartheid sans nom, s’est précipitée avec fortes menaces d’intimer au Burkina Faso, le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel. En d’autres termes, l’exclusion du peuple (constitution égale absence du peuple), et la remise du pouvoir à un président civil, « Blaise Compaoré-bis », afin que les affaires continuent comme avant. Il est de notre devoir partout en Afrique d’en finir définitivement avec le système de l’apartheid, oui, au fond, c’est de cela qu’il s’agit. Commençons par nous débarrasser pacifiquement, des chaînes de la Constitution (écrite).

 

36 min · Modifié · J’aime · 2

 

Share This: